Tombe de ROY - TT 255

Florence Doyen

 

Datée du début de la 19è dynastie, la tombe de Roy est creusée dans la montagne thébaine, dans le secteur de Dra Abu'l Naga, au nord de Deir el Bahari.

La tombe de Roy est creusée dans la montagne thébaine, dans le secteur de Dra Abu'l Naga, au nord de Deir el Bahari

De plan simplifié, elle dispose d'une chapelle formée d'une seule pièce dans laquelle s'ouvre le puits funéraire menant au caveau. La chapelle de petites dimensions (1,85 x 4 m) a été entièrement couverte de peintures sur enduit; elle s'ouvre vers le sud-est géographique. Le plafond en est entièrement tapissé de tableaux aux motifs géométriques ou végétaux rappelant dans la chapelle l'ambiance des décors de plafond de la maison.

Entrée de la TT255 Le plafond en est entièrement tapissé de tableaux aux motifs géométriques ou végétaux rappelant dans la chapelle l'ambiance des décors de plafond de la maison

© Jean-Pol Schrauwen

En l'absence de salle transversale recevant habituellement les scènes dites de "la vie quotidienne", la majorité des scènes correspondent au programme décoratif de la salle axiale, soit des scènes en relation avec le rituel funéraire. Toutefois, le mur à gauche de la porte d'entrée – celle-ci marquant la place du lever solaire, ou l'Est en orientation religieuse –, est composé de quatre registres de scènes ayant pour thème la vie agricole: récolte de lin, labours des champs et semailles seront magiquement à la source de la production des biens nécessaires à la survie du défunt.

La paroi "sud" (à gauche) s'articule en deux registres surmontés d'une frise où alternent divers motifs et colonnes de textes mentionnant les noms et titres du défunt et de son épouse: Roy est scribe royal et intendant de domaines, Nebtaouy est chanteuse d'Amon. Aux colonnes de textes succèdent, en un rythme régulier, l'image du chacal couché sur la chapelle – il manifeste la protection de l'Anubis embaumeur –, la tête de la déesse Hathor, garante de la renaissance solaire, et une paire de khekherou, ce motif végétal habituel en sommet de paroi.

Sur cette paroi "sud", les scènes des deux registres principaux sont orientées vers le fond de la chapelle, vers l'Ouest religieux. Tant la procession funéraire, au registre inférieur, que l'introduction auprès d'Osiris à l'issue de la pesée du coeur au registre supérieur, manifestent l'entrée du défunt dans le domaine de la nécropole, et ainsi, le royaume de l'Au-delà où siège Osiris. À l'extrémité ouest de la paroi se superposent le dais où trône Osiris accompagné de ses deux soeurs protectrices Isis et Nephthys, et le motif de la montagne thébaine où s'élèvent la chapelle funéraire et la stèle du défunt. Sont ainsi étroitement associées deux images: celle de la nécropole, perceptible dans le monde visible, et celle du dieu Osiris, résident du monde invisible.

Procession funéraire (© Jean-Pol Schrauwen)

Procession funéraire (© Jean-Pol Schrauwen)

Tout le registre inférieur, par ailleurs, décrit la réalité matérielle de la procession funéraire (§1 LdM), quand les groupes des amis en deuil et de pleureuses escortent le sarcophage et le coffret à viscères vers le lieu du rituel de l'Ouverture de la bouche, devant la tombe. Si, par ce rituel, le corps du défunt retrouve magiquement l'usage de ses sens, il reste une étape importante à franchir avant que le défunt ne rejoigne définitivement le monde des dieux: il s'agit de la pesée du coeur (§125 LdM). À l'issue de ce jugement de la balance, le défunt sera déclaré juste, justifié, digne d'enfin être introduit auprès d'Osiris. La scène de la pesée offr ici une variante plus rare: deux coeurs sont en effet présentés ensemble contre les deux plumes de la déesse Maât, garante de l'ordre cosmique. La destinée de l'épouse Nebtaouy semble être ici étroitement liée à celle de Roy…

TT255, paroi sud, registre médian (© Jean-Pol Schrauwen)

TT255, paroi sud, registre médian (© Jean-Pol Schrauwen)

Cette scène fondamentale est précédée par trois tableaux figurant l'adoration aux dieux solaires principaux, garants de la renaissance. Leur association – Nefertoum, Rê Horakhty, Maât et Hathor, l'Ennéade d'Heliopolis – manifeste pour le défunt l'ensemble du cycle solaire. Remarquons que deux paires de divinités sont assises dans une chapelle dorée à la porte largement ouverte (fig. 1). Ce motif n'est pas sans rappeler les textes funéraires royaux contemporains, apparus dès la fin de la 18è dynastie, et que nous appelons le Livre des Portes. Ainsi, tout le registre médian matérialise la rencontre décisive avec les dieux essentiels à la renaissance du défunt, Rê et Osiris, auxquels le défunt s'assimilera pour l'éternité.

En face, à droite de la chapelle, sur la paroi "nord", tous les personnages, défunts et membres de leur famille, sont assis dos à l'ouest et reçoivent hommages et offrandes de prêtres. Grâce aux paroles prononcées, aux gestes posés par ceux-ci, chacun pourra, sans difficulté, effectuer sa Sortie au jour. C'est pourquoi chacun est assis face à la porte d'entrée de la chapelle, face au soleil levant à l'Est.

Montage de la paroi nord

TT255, paroi nord (montage photographique - © Jean-Pol Schrauwen)

La paroi du fond, celle de "l'ouest", est quant à elle largement lacunaire. Grâce aux relevés des pionniers du 19è siècle, on peut en reconstituer l'organisation générale. Encadrant la stèle où on lit un hymne solaire, quatre petits tableaux s'échelonnent sur les montants surmontés par une scène symétrique occupant le linteau. On y relèvera la présence du §59 du Livre des Morts où la déesse-arbre tend boisson et pains au défunt et à son ba. Le linteau de la fausse-porte est divisé en son centre par le motif du sema-taouy; de chaque côté, un couple royal se dirige vers une divinité funéraire. Il s'agit du couple formé par Horemheb et son épouse, la reine Moutnedjemet, se dirigeant, à gauche, vers Osiris; à droite ce sont Amenhotep Ier tendant les bouquets, et sa mère, la reine Ahmes Nefertari, qui agite les sistres, devant Anubis. La présence royale s'explique par le rôle d'intercesseur que joue le pharaon auprès des dieux de l'Au-delà, en faveur du défunt. Horemheb est le roi que Roy a servi dans sa charge d'intendant de domaines. L'autre duo royal est bien connu dans la nécropole thébaine où il jouit d'une dévotion particulière depuis le milieu de la 18è dynastie.

Par cette brève lecture du programme iconographique de la tombe de Roy, on saisit davantage combien ce "petit" caveau assurera une grande éternité au défunt grâce à un choix de scènes particulièrement signifiantes.