Derniers résultats des fouilles de l’IFAO dans l’oasis de Bahariya - Campagne 2005

Dr Frédéric Colin

 

Toutes les images sont sous copyright © Dr Frédéric Colin - IFAO

Qaret el-Toub

À l’intérieur du fort romain de Qaret el-Toub, un pressoir à vin constitué de deux bassins et d’une canalisation terminée par une tête de lion sculptée a été mis au jour. Cet aménagement, mis en parallèle avec la présence dans les couches romaines tardives de nombreux fragments d’amphores vinaires de production locale, atteste à l’intérieur de bâtiments officiels des activités viticoles qui faisaient la réputation des oasis.

Nous avons également pu observer comment les occupants du fort réemployèrent des excavations situées à l’intérieur d’un hypogée d’époque pharaonique afin d’y installer un dispositif hydraulique auquel on accédait par un puits creusé au milieu de l’allée centrale.

déric Colin ©IFAO

Panorama de Qaret el-Toub - Frédéric Colin ©IFAO

Dans la nécropole, deux secteurs ont été décapés et une quarantaine de tombes inviolées ou préservant une stratigraphie en grande partie intacte ont été fouillées. La période couverte par ces inhumations s’étend depuis la transition entre la Troisième Période Intermédiaire et la Basse époque jusqu’au Haut Empire romain, ce qui suppose que le cimetière était probablement toujours en usage peu de temps avant que les ingénieurs romains n’en établissent les fondations directement sur les sépultures des indigènes oasiens.

On signalera notamment l’intérêt de la tombe 9 (de typologie comparable aux hypogées romains dont la découverte par le conseil suprême des Antiquités égyptiennes a été largement médiatisée ces dernières années), car la date de la dernière fermeture de sa porte a été tracée à la main en démotique dans le mortier de terre couvrant le parement du muret de briques crues qui en condamna définitivement l’entrée : l’an 18 d’un (ou plusieurs) empereur(s) dont le nom n’est pas précisé.

De même le début de la fouille de la tombe 10 (fin TPI/début Basse Époque) s’est avéré prometteur, car nous y avons trouvé 15 sarcophages en terre cuite anthropomorphes, dont l’analyse artistique (technique de production, variations stylistiques, etc.) sera réalisée en parallèle avec l’étude anthropologique des reste humains examinés in situ.

Qaret el-Toub, tombe 10, sarcophages en terre cuite anthropomorphes, Frédéric Colin ©IFAO

Qaret el-Toub, tombe 10, sarcophages en terre cuite anthropomorphes - Frédéric Colin ©IFAO

Qasr 'Allam

Enfin, la fouille du site de Qasr ‘Allam a notamment permis de compléter la collection de figurines en terre cuite dont l’étude permet de conclure à la production locale de « bondieuseries » destinées à être employées, probablement comme ex voto, dans un contexte rituel. En outre, 37 nouveaux fragments de scellés en argile crue, dont certains sont estampillés de sceaux hiéroglyphiques, se sont ajoutés au corpus constitué depuis deux ans, dont l’étude permet de mettre en évidence le contrôle administratif exercé sur le stockage des biens et produits thésaurisés dans les magasins de Qasr ‘Allam à la fin de la période « libyenne ».

Fragment de scellé, cartouche Menkheperrê, Fr. Colin©Ifao

Fragment de scellé, cartouche Menkheperrê, Fr. Colin ©Ifao