Stèle privée figurant Ramses II tel un enfant

Florence Doyen

 

Stèle privée figurant Ramses II tel un enfant, Nouvel Empire, 19è dynastie, calcaire, 18 x 13 cm, provenance inconnue, Louvre, inv. N 522Photo : stèle privée figurant Ramses II tel un enfant, Nouvel Empire, 19è dynastie, calcaire, 18 x 13 cm, provenance inconnue, Louvre, inv. N 522

Cette petite stèle, dédiée par un haut dignitaire, met en évidence une image particulière de la royauté, utilisant le vocabulaire propre à l'enfance. Si l'idéal de la jeunesse sous-tend l'ensemble de la statuaire royale du Nouvel Empire, certains pharaons se sont volontairement servi de ce thème pour alimenter leur discours idéologique. En effet, Amenhotep III par exemple, à la 18è dynastie, nous offre en fin de règne, où il est pourtant âgé d'une quarantaine d'années, une image royale considérablement rajeunie, comme bénéficiant des effets des diverses fêtes Sed auxquelles il s'est soumis.

Pas plus pour ces statues d'Amenhotep III que pour le relief ci-dessous, nous ne devons appréhender l'image royale comme le compte-rendu de la physionomie du roi à un moment ou à un âge spécifiques ; ces images ne reflètent pas une réalité temporelle. Plutôt, elles véhiculent un discours axé sur l'enfance, et plus particulièrement sur les dieux-enfants. Ici, deux indices, l'un la tresse de cheveux, l'autre le geste du doigt élégamment porté à la bouche, inscrivent cette image royale dans un contexte divin, celui de l'enfance d'Horus, le fils successeur d'Osiris. C'est effectivement ce rôle qu'assume le roi vivant sur le trône, succédant légitimement au roi prédécesseur défunt. Mais l'image se charge ici d'une donnée supplémentaire: le coussin sur lequel est assis Pharaon, paré de ses atours royaux et défini par ses formules, épithètes et noms de monarque, arbore un contour particulier, celui des deux montagnes de l'horizon. L'image du roi, tel un jeune Horus, se substitue dès lors à celle du soleil naissant à l'horizon oriental.

Ainsi, par le référent à la fois solaire et horien, cette figure de Ramsès II se charge d'un sens supplémentaire, celui de la royauté légitime, sans cesse renouvelée, comme le soleil à chaque matin.

À lire:

Pharaon, catalogue de l'exposition présentée à l'Institut du monde arabe à Paris, du 15 octobre 2004 au 10 avril 2005.