Hélène, Paris et Ménélas en Egypte: la guerre de Troie pour un fantôme ?

Dr Michèle Broze

 

Et même, que serait cette fameuse Hélène, si ne passait pas sur elle le souffle d'Homère? Kazantzaki

L'actualité cinématographique nous présente la guerre de Troie avec une simplicité remarquable: Paris enlève Hélène, qu'il aime et dont il est aimé. Cette sottise causera la destruction de Troie, au grand plaisir d'Agamemnon, qui n'attendait qu'un prétexte pour attaquer les Troyens. Une lecture humaine de la grande épopée grecque, aussi bien individuellement que politiquement. Les interventions divines ont disparu, les ambiguïtés des personnages sont effacées.

Affiche du film TROY et lien vers le site Internet

Cliquez sur ce lien ou sur l'image ci-dessus pour accéder au site Internet du film

Peu importe le remaniement de l'histoire homérique: les Grecs eux-mêmes ont multiplié les versions dans leurs propres traditions. La cause de la guerre, la belle Hélène, a surtout fait couler beaucoup d'encre. Etait-elle coupable ou innocente? Enlevée par force ou consentante? Et alla-t-elle vraiment à Troie?

La très belle Hélène-Diane Kruger du Troy de Wolfgang PetersenHérodote rapporte dans le livre II de ses Histoires une curieuse tradition qu'il recueillit des prêtres égyptiens. Les prêtres egyptiens confirmèrent ce qu'Hérodote avait déjà entendu dire: partant de Sparte avec Hélène et un riche butin, Paris (ou Alexandre, son autre nom) fut en butte à des vents contraires qui le firent échouer en Egypte. Les serviteurs de Paris dénoncèrent aux prêtres les méfaits de leur maître et celui-ci fut traduit devant le roi d'Egypte. Ce dernier le chassa, et garda auprès de lui Hélène et le butin. L'armée grecque, arrivée à Troie, réclama Hélène. Mais les Troyens déclarèrent qu'elle n'était point chez eux... Les Grecs crurent à un mensonge, et une fois la ville prise, après 10 ans de siège, ne trouvant pas Hélène, envoyèrent Ménélas en Egypte pour avoir une confirmation des dires des Troyens. L'époux récupéra son épouse et le butin, ainsi que de riches présents d'hospitalité. Hélène, expliquent les prêtres égyptiens à Hérédote, n'avait subi aucun mal... Hérodote approuve cette tradition . En effet, dit-il, les Troyens auraient-ils été assez fous pour ne pas rendre Hélène si elle était en leur possession. Auraient-ils péri pour rien? Et si les Grecs ne les ont pas crus, ajoute-t-il, c'est que cela entrait dans le plan des divinités...

Ainsi, une tradition rapporte que ce n'est pas Hélène, mais son "fantôme" qui se trouvait à Troie: la vraie Hélène était à l'abri, en Egypte. Jouet des dieux, ou manipulatrice des hommes? Rien ne permet de lever l'ambiguïté qui entoure la belle Hélène...

Si vous voulez en savoir plus, un ouvrage est sorti aux Editions Ousia, dans la collection Mythes et religions. Il traite des ambiguïtés d'Hélène dans la littérature antique comme dans la littérature néo-grecque. Sa lecture vous permettra de nimber d'un peu de mystère, de rêverie, de complexité, la déjà très belle Hélène-Diane Kruger du Troy de Wolfgang Petersen.