Hierakonpolis, une cité aux origines de l'Égypte

Florence Doyen

 

Image satellite

Nichée au cœur de la Haute Égypte, l'antique cité d'Hierakonpolis occupe un vaste site s'étendant à la fois en bordure du Nil, sur la rive ouest, et de chaque côté du Ouadi Abou Souffian, perpendiculaire au fleuve.

Connu depuis la fin du 19è siècle pour ses fabuleuses trouvailles issues d'une cachette du temple, telles la palette de Narmer (Musée du Caire JE 32169), la massue du Roi Scorpion (Oxford, Ashmolean Museum 1895-1908 E.3632), ou la tête en or du faucon Horus (Musée du Caire JE 32158), le site est, depuis la fin des années 70, l'objet d'un programme de fouilles anglo-saxonnes, à présent sous la direction de l'égyptologue américaine Renée Friedman. Celle-ci s'inscrit dans la continuité des travaux menés en divers points du site par deux de ses prédécesseurs, prématurément décédés, Michael Hoffman et Barbara Adams.

Les recherches archéologiques à Hierakonpolis s'avèrent particulièrement importantes pour documenter nos connaissances en matière de proto-histoire égyptienne. On y trouve en effet, pour les périodes des 5è et 4è millénaires avant J.-C., quantité de données matérielles, sans parallèle, confirmant combien le statut prestigieux de la cité remonte aux plus hautes époques. Ainsi, tant en matière d'occupation domestique, que cultuelle et funéraire, le site offre de multiples exemples de l'émergence d'une société hiérarchisée avec ses codes de représentation et la mise en place d'un discours cohérent lié au pouvoir.

A lire ou à consulter :