La tombe d'Hesyrê à Saqqara (A3)

Dr René Preys

 

La tombe de Hesyrê fut découverte par Auguste Mariette en 1860. La "fouille" se limita à seulement retirer les panneaux en bois décorant les parois internes et à laisser le sable recouvrir la tombe. En 1911-12, Quibell retrouva la tombe et l'étudia en détail. Il publia les résultats de sa fouille, permettant ainsi l'étude des panneaux dans leur contexte architectural.

Le propriétaire de la tombe, Hesyrê est un fonctionnaire de la 3e dynastie; son monument se situe dans la nécropole de Saqqara, au nord de la pyramide à degrés du pharaon Djeser. Longue de 43 m, la tombe fait partie des plus grandes de la nécropole et témoigne ainsi de l'importance du défunt, bénéficiant des titres d'inspecteur des scribes, médecin, chef des dentistes sous le règne de Djeser.

On accède à la substructure par un puits de 5 sur 2 m. Elle comportait trois étages, le premier à une profondeur de 10,4 m, le second à 14 m et le dernier à 23,4 m; seul le premier étage fut achevé. Dans la chambre funéraire, les fouilleurs mirent au jour deux crânes, une sceau au nom de Djeser et un objet en os au nom de Hesyrê.

La superstructure fut l'objet d'une série de réaménagements. À l'origine, il s'agit d'un mastaba relativement petit, doté à l'est d'une façade à niches. La tombe fut une première fois agrandie vers l'est de sorte que cette façade disparut en faveur d'une nouvelle. Dans un second temps, cette seconde façade à niches fut transformée en couloir avec onze niches. À l'est de ce couloir, on construisit un second couloir qui était au nord interrompu par un mastaba plus ancien. Le couloir se termine par une niche et continue un peu plus au nord sur le même axe ajoutant encore une seconde niche. Le serdab se situait au sud de l'entrée de ces différents couloirs.

La façade à niches est typique pour les tombes des 1e et 2e dynasties mais est exceptionnelle pour un mastaba de la 3e dynastie. Ce type de façade a tendance à disparaître, en effet, au profit d'une façade percée d'une grande niche à chaque extrémité de la façade orientale du mastaba. Dans le cas de la tombe d'Hesyrê, la niche nord est présente dans la partie nord du second couloir. La seconde niche aurait dû se trouver à l'endroit où se trouve l'entrée du couloir intérieur. Le couloir peut donc être considéré comme une extension de cette niche sud.

Les panneaux en bois de la tombe d'Hesyrê

panneau en boispanneau en bois

Il n'est pas certain si le couloir à niches était couvert à l'origine, mais le fait qu'il se trouve à l'intérieur du massif a certainement contribué à la conservation de son décor. Les onze niches du couloir intérieur étaient dallées de pierre et revêtues de panneaux en bois hauts de un mètre environ. Ces panneaux à l'ouest jouaient le rôle de fausses-portes qui figurent le défunt dans l'Au-delà, en attente de ses offrandes. Les panneaux étaient fixés dans le massif en briques crues par des coins enfoncés dans la partie supérieure des panneaux. L'espace en dessous de cette partie non décorée est occupée par l'inscription des titres et la figure de Hesyrê. Seuls cinq panneaux sont conservés mais des fragments appartenant aux cinq autres furent retrouvés par Quibell; il ne prit malheureusement pas la peine de les sauver. Sur quatre panneaux, Hesyrê se tient debout, tenant en mains sa canne et son sceptre; la palette de scribe, l'insigne de sa fonction, repose sur son épaule. Suivant le panneau, la coiffure, le costume, l'attitude et l'âge offrent de nombreuses variantes. Sur le cinquième panneau, il est assis sur une chaise sans dossier. Dressée devant lui, la table d'offrandes est garnie de pains. Les textes, quant à eux, énumèrent d'autres produits. À l'origine, les panneaux étaient stuqués et peints de sorte qu'ils ne se différenciaient pratiquement pas des stèles en pierre. Il ne reste que quelques vestiges de l'enduit; dès lors, on apprécie aujourd'hui le remarquable travail du sculpteur sur bois. Les panneaux sont parmi les meilleurs exemples de l'art du relief de la 3e dynastie et peuvent être comparés aux reliefs royaux du complexe de Djeser. Chaque hiéroglyphe est un chef-d'oeuvre détaillé; les textes alignent les titres de Hesyrê dont le nom apparaît dans le dernière colonne. Le caractère "flottant" des hiéroglyphes et l'absence de lignes séparant les colonnes attestent le caractère archaïque de ces oeuvres.

Le décor peint des parois des niches restitue un motif de tapisseries attachées par des cordes à des bâtons horizontaux. Ces peintures nous évoquent la décoration des maisons égyptiennes.

Le mur oriental de couloir est décoré d'un des plus anciens exemples de la frise d'objets: une représentation détaillée du mobilier funéraire du défunt figure sur le mur nord du couloir. Parmi les objets, on trouve de jeux de société tels que le jeu du serpent ou le jeu de senet avec ses pions. Suivent les instruments tels que des ciseaux, des marteaux et des poids. Ensuite nous trouvons les meubles, les lits, le chevet, les vases et les coupes. Cette frise unique d'objets nous fait rêver aux trésors qui furent pillés dans les tombes de l'Ancien Empire.

Les panneaux en bois

Les panneaux en bois de la tombe d'Hesyrê

À lire: