TELL BASTA-BOUBASTIS

Dr René Preys

 

La ville de Boubastis fut un centre religieux majeur durant toute l'histoire égyptienne. Cette cité doit son rayonnement à sa situation, sur la route entre Memphis et le Sinaï.

Les ruines actuelle de Tell Basta - Bubastis

Les ruines actuelles de Bubastis

Le temple majeur était dédié à la déesse Bastet qui se manifesta d'abord comme lionne mais qui, à partir de l'époque tardive, fut identifiée à la chatte. Le nord du site de Boubastis se caractérise dès lors par de nombreuses catacombes de chats.

Politiquement, Boubastis connut son apogée sous les dynasties libyennes qui étaient probablement originaires de cette ville. Bien que Tanis fut sans doute la capitale officielle de ces rois, ceux-ci contribuèrent à l'agrandissement du temple de Bastet, dans la cité voisine du Delta oriental. Osorkon I y aurait construit une immense salle hypostyle dont certains chapiteaux hathoriques sont encore conservés. Osorkon III y laissa aussi son nom: ce roi célébra sa Fête-Sed en l'an 22 de son règne et, à cette occasion, il édifia une porte monumentale. Les reliefs de cette porte sont très précieux car ils donnent une description minutieuse des rituels de la Fête-Sed ou jubilé royal.

Tête d'Amenemhat IIILe temple fut fouillé par Édouard Naville entre 1887 et 1889 mais il lui fut impossible de reconstituer le plan du temple. Hérodote nous apprend cependant que le temple était construit sur une île entourée de deux canaux.

Une des trouvailles les plus spectaculaires de Naville est une tête colossale, aux yeux jadis incrustés, qui se trouve actuellement au British Museum. Naville et bien d'autres la considéraient comme la tête d'un roi hyksos.

On sait maintenant qu'il s'agit d'une statue d'Amenemhat III (12è dynastie) qui fut usurpée plus tard par Osorkon II (22è dynastie). (voir ci-contre)

Morceau de statue avec cartoucheLes fouilles clandestines furent également fructueuses. En 1906, des paysans locaux trouvèrent une coupe en or portant le nom de la reine Taousert (19è dynastie) et trois vases en argent d'un certain Atoumemtaneb. Un mois plus tard, un second groupe d'objets apparut comprenant entre autres des bracelets au nom de Ramsès II.

À côté de Bastet, on vénérait à Boubastis aussi Mahès et Horhekenou, deux fils de Bastet. Atoum y avait également son temple, construit par Osorkon I. Ceci explique le nombre de statues d'ichneumon que l'on trouve sur le site.

Comme à Tanis, les blocs trouvés à Boubastis portent le nom de rois de l'Ancien et du Moyen Empire provenant sans aucun doute d'autres sites et acheminés comme matériaux de construction.

Nous savons cependant que les rois de la 6è dynastie avaient construit des maison-ka. Amenemhat III (12è dynastie) et Amenhotep II (18è dynastie) y érigèrent des chapelles de jubilé.

Le site comprend également les tombes de plusieurs hauts fonctionnaires de la 19è dynastie parmi lesquelles celles de deux vices-rois de Kouch.