Auteur : René Preys - Conception graphique : Jean-Pol Schrauwen

Description des planches :

  • Planche II
Papyrus d'Ani - planche 2



   

Le chapitre 16 qui suit généralement l'hymne solaire en est l'illustration. La vignette figure le cycle solaire, avec le lever et le coucher de l'astre, avec ses voyages diurne et nocturne.

Cette vignette, qui exprime la relation étroite entre Osiris et Rê, est bien à sa place, comme transition, entre l'hymne solaire qui la précède (chapitre 15, planche 1) et l'hymne osirien (adoration à Osiris)qui la suit. La vignette accompagnant cet hymne est identique à celle de l'hymne solaire.
L'hymne osirien met un accent particulier sur la royauté du dieu: il est nommé seigneur de la double couronne, haut quant à la couronne blanche, souverain des dieux et des hommes après qu'il a pris possession du sceptre-heqa et du flagellum-neheh (colonnes 2-3 - voir détail n°2 ci-dessous). A son tour, cet hymne sert d'introduction aux planches 3 et 4 où figure le tribunal du monde funéraire: Osiris y trône en tant que roi des morts. Ainsi peut-on dire que l'objet d'adoration d'Ani et de son épouse se trouve à l'extrémité droite de la planche 4.

Papyrus d'Ani - planche II - détail

Dressé sur une colline représentant l'horizon, un pilier djed présente Osiris dans sa forme renaissante. Le pilier symbolise l'épine dorsale du dieu qu'on érige pour signifier le retour à la vie. Dans d'autres papyrus, le pilier djed est personnifié, et possède des bras qui tiennent les insignes royaux.

Le pilier est flanqué des deux soeurs Isis et Nephthys, protectrices de leur frère dans le monde infernal où le dieu solaire Rê vient le rejoindre la nuit, lorsqu'il "meurt".

La rencontre entre Osiris et Rê permet à ce dernier de rajeunir et de renaître le matin à l'horizon oriental. Voilà ce que signifie le grand signe de vie (ankh) aux bras levés. Ceux-ci soulèvent le disque solaire vers le ciel, hors du monde souterrain.

La joie du monde supérieur lors du lever du soleil est indiquée par la présence des babouins dressés qui accueillent et acclament le soleil.

Babouins dressés - détail en provenance du temple de Medinet Habou
Babouins dressés - détail en provenance du temple de Medinet Habou
©Jean-Pol Schrauwen

 

Planche II - détail n°2

Papyrus d'Ani - planche II - détail2

L'hymne osirien met un accent particulier sur la royauté du dieu: il est nommé

"...seigneur de la double couronne, haut quant à la couronne blanche, souverain des dieux et des hommes après qu'il a pris possession du sceptre-heqa et du flagellum-neheh..."

La photo ci-dessous représente le sceptre-heqa et le flagellum-neheh
(trésor de Toutankhamon - ©musée du Caire)

Pour voir où se situe le texte, passez avec votre souris sur l'image ci-contre et vous verrez le texte en hiéroglyphes.

Flagellum-neheh et sceptre-heqa

[top]